Les Origines du Sida

Printer-friendly version

Date de diffusion : 23 avril 2004 - 22H50

Documentaire. Réalisé par Peter Chappell et Catherine Peix. D'après Stéphane Horel et Peter Chappell. Musique de Frédéric Lagnau. Produit par MFP. Coproduit par Les Productions Galafilm, Les Films de la Passerelle, Pathé Archives et Produce +.

Un documentaire exceptionnel

Sida : 26 millions de morts, 40 millions de personnes contaminées. L'épidémie la plus dévastatrice de l'histoire ravage notre planète depuis plus de 20 ans et pourtant son origine reste encore un mystère.

Cependant la communauté scientifique est unanime : le virus du sida est né en Afrique et son ancêtre direct est présent chez les chimpanzés.

Reste une énigme : comment le virus est-il passé de l'animal à l'homme?

De nombreuses théories ont été avancées et réfutées? Aujourd'hui, seules deux hypothèses subsistent. La première suggère qu'en 1931, selon les calculs de la généticienne américaine Bette Korber, le virus du chimpanzé aurait contaminé un être humain qui consommait l'animal. Mais alors que les Africains mangent du singe depuis la nuit des temps, pourquoi cette transmission soudaine ?

La seconde suggère que le virus du sida serait le produit accidentel d'un vaccin oral contre la polio administré à un million d'Africains dans l'ex-Congo belge de 1957 à 1960 aux endroits mêmes où, une décennie plus tard, on détecte les premiers cas de sida dans le monde.

Face à cette dernière théorie qui dérange, le petit univers de la grande Science est partagé entre l'examen de conscience et la dénégation : difficile d'admettre que la médecine ait pu, en combattant une maladie, créer un fléau bien pire encore. Ressuscitant les souvenirs des témoins, exhumant des archives inédites et suivant une incroyable quête de la vérité, ce film plonge le spectateur dans l'histoire d'une controverse scientifique sans précédent.

Les arguments de la controverse

« C'est chez le chimpanzé que l'on trouve le précurseur immédiat du VIH. Tout le monde est d'accord là dessus. On peut discuter sur la question du quand, du pourquoi, du comment, mais tout le monde s'entend sur le chimpanzé. Quand ?

Je pense que l'on peut dire qu'il y a unanimité sur le XXe siècle. Où ? Pour les humains, l'épicentre se situe clairement au nord-est du Zaïre et en Ouganda. C'est de là qu'est partie l'épidémie ». (Simon Wain Hobson, virologue, responsable du laboratoire de rétrovirologie moléculaire à l'Institut Pasteur).

Reste donc à élucider la question du comment? Comment le VIH a-t-il pu se transmettre du chimpanzé à l'homme ? Théories et objections.

Deux possibilités de contact entre le singe et l'homme restent plausibles :

Le sang : un chasseur blessé se contamine avec le sang d'un chimpanzé qu'il vient de chasser.

C'est la théorie du transfertnaturel, émise par Béatrice Hahn en 1999, qui est aujourd'hui largement acceptée par la communauté scientifique.

La vaccination : Les vaccins contre la polio sont fabriqués à partir de reins de singes. Celui du Dr Koprowski aurait été fabriqué à partir de reins de chimpanzés et a été administré à un million d'Africains au Congo belge à la fin des années 50.

Face à cette seconde théorie qui dérange, la communauté scientifique énonce plusieurs objections :

  • Le sida serait apparu chez l'homme en 1930, avec une marge d'erreur de plus ou moins 20 ans (calcul de Bette Korber au laboratoire national de Los Alamos aux Etats-Unis en 1999).
  • Mais depuis, d'autres travaux scientifiques remettent en cause le mode de calcul et la capacité même à calculer mathématiquement la date d'apparition du sida chez l'homme. Les analyses des échantillons du vaccin anti-polio sont négatives. Suite à la conférence sur les origines du sida à la Royal Society de Londres, des échantillons du vaccin ont été testés.
    Les résultats publiés au printemps 2001 dans les revues scientifiques Science et Nature, montrent qu'ils ne contiennent ni VIS, ni VIH, ni cellules de chimpanzés.
  • Mais selon Robin Weiss, co-organisateur de la conférence, les échantillons testés ne sont pas ceux qui ont été utilisés au Congo belge à la fin des années 50.
    Suite à leurs études, Martine Peeters puis Béatrice Hahn affirment que les chimpanzés porteurs de l'ancêtre du VIH viennent du Gabon.
  • Mais aucune étude n'a été réalisée dans l'ancienne zone de capture des chimpanzés du Camp Lindi, au Congo, en raison de la situation politique du pays. Et les échantillons ramenés par Bill Hamilton étaient trop minces pour pouvoir donner des résultats fiables. De plus, la première trace du VIH et les premiers cas de sida sont apparus au Congo et non pas au Gabon. Le virus n'aurait pas pu survivre dans le vaccin anti-polio puisqu'il aurait été tué dans le processus de fabrication.
  • Mais on sait que des virus simiens, comme le SV40, ont survécu dans les vaccins anti-polio et ont ainsi été transmis aux hommes. Pourquoi pas le VIH ?
    Hilary Koprowski et ses collaborateurs affirment que des reins de chimpanzés n'ont jamais été utilisés pour fabriquer son vaccin anti-polio.
  • Mais il n'existe aucun document officiel, aucune note de laboratoire permettant de l'affirmer. Hilary Koprowski aurait « perdu » toutes ses notes lors d'un déménagement.

Le vaccin

Le vaccin contre la polio est le premier vaccin à être fabriqué à partir de reins de singes. Comment le fabrique-t-on ? Quels sont les différents types de vaccins anti-polio ?

Pour faire un vaccin, on commence par faire une culture à partir de reins de singes puis il faut :

  • Prélever un morceau de tissu rénal et le diviser avec une paire de ciseaux.
  • Laisser reposer cette suspension pour faire une monocouche de cellules.
  • Ajouter le virus de la polio.
  • Prélever ensuite le liquide de ces cultures.
  • Filtrer pour enlever le reste des cellules.
    On obtient alors une suspension de virus. Soit on l'inactive avec du formol, soit on l'affaiblit par des passages successifs dans des cultures de cellules.

Il existe deux types de vaccins :

  1. Le vaccin inactivé et injecté de Jonas Salk. Il contient des particules de virus de la polio qui ont été tuées dans du formol.
    L'immunité qu'il confère est temporaire et nécessite trois injections successives. Pour fabriquer son vaccin, Jonas Salk utilise des reins de macaques Rhésus.
  2. Les vaccins vivants atténués de Albert Sabin et de Hilary Koprowski.
    Ils contiennent des particules de virus de la polio qui sont vivantes, mais affaiblies au cours d'un long processus où l'on passe le virus dans des cultures de cellules, jusqu'à ce que sa capacité à déclencher la maladie disparaisse. Ce vaccin est administré par la bouche et est efficace dès la première prise. Les notes de laboratoires d'Albert Sabin attestent qu'il utilisait des reins de macaques Rhésus ou de macaques synomolgus. Hilary Koprowski a « perdu » toute documentation permettant de prouver l'espèce de singe qu'il a utilisée. Il nie avoir utilisé des chimpanzés.

La course au vaccin

Dans les années 50, les Etats-Unis sont en guerre contre la polio, ce fléau qui attaque les enfants. C'est le début d'une course au vaccin entre les plus grands scientifiques : Jonas Salk, Albert Sabin et Hilary Koprowski. Chronologie.

27 février 1950 : Hilary Koprowski est le premier à tester son prototype de vaccin oral, à base de virus vivant atténué, sur un enfant américain de Letchworth village.
12 avril 1955 : Le vaccin de Jonas Salk est homologué. C'est un vaccin qui utilise un virus inactivé, autrement dit « tué » et qui nécessite trois injections. Une campagne de vaccination de masse suit cette homologation aux Etats- Unis. 90 millions d'Américains seront vaccinés.
23 avril 1955 : Drame autour de la vaccination antipoliomyélite : 260 enfants ayant reçu le vaccin Salk tombent malades, onze d'entre eux meurent.
Des lots de vaccins provenant des laboratoires Cutter (en Californie) étaient défectueux : ils contenaient encore du virus vivant.
Mai 1955-1960 : Ce drame relance la course au vaccin entre Albert Sabin, au Children's Hospital Research Foundation (Cincinnati), et Hilary Koprowski, d'abord au Laboratoire Lederle (Pearl River, État de New York) puis au Wistar Institute de Philadelphie.
1958-1959 : Albert Sabin teste son vaccin oral, à base de virus vivant atténué, sur 6 millions d'enfants en URSS.
1957-1960 : Hilary Koprowski teste son vaccin expérimental « CHAT » sur 1 million d'Africains du Congo belge.
Novembre 1958 : Albert Sabin analyse le vaccin « CHAT » de Hilary Koprowski et découvre qu'il est instable et contaminé par un virus inconnu.
Novembre 1958 : L'OMS désapprouve dans une lettre confidentielle les campagnes de vaccinations de masse menées par Hilary Koprowski au Congo belge.
Printemps 1960 : Le vaccin oral d'Albert Sabin est homologué et utilisé dans le monde entier pour les campagnes de vaccinations de masse.

Durant l'été 1955, Hilary Koprowski et Ghislain Courtois, virologue et directeur du laboratoire médical de Stanleyville (Congo belge), se rencontrent lors d'un colloque au Kenya et décident de créer un camp d'élevage de chimpanzés pour faire officiellement des recherches sur l'hépatite et la polio. Chronologie.

Hilary Koprowski et le Congo belge

1er mai 1956 : Le projet aboutit : ouverture du Camp Lindi, situé en retrait de Stanleyville. Ghislain Courtois en est le directeur.
Janvier 1957 : Plus de 200 chimpanzés sont déjà arrivés au Camp Lindi.
Février 1957 : Ghislain Courtois reçoit Hilary Koprowski pour la première fois au Camp Lindi. Ils immortalisent cette visite par une photo « officielle » devant la pancarte du camp.
Mars 1957 : Premières vaccinations de 4228 personnes avec le vaccin oral expérimental « CHAT » de Hilary Koprowski à Stanleyville.
1er mai 1957 : Hilary Koprowski quitte les laboratoires Lederle à Pearl River dans l'État de New York (Etats-Unis) avec son vaccin oral expérimental « CHAT ». Il devient directeur du Wistar Institute à Philadelphie. 1er octobre 1957 : Inauguration en présence de Hilary Koprowski, Ghislain Courtois et toute l'équipe des médecins belges du nouveau laboratoire médical de Stanleyville (Congo belge). Ce laboratoire est immense et possède la technologie de pointe de l'époque.
26 décembre 1957 : Deux ans et demi après l'ouverture du camp, Gilbert Rollais, le chasseur officiel du camp et son équipe de Pygmées ramènent le 401e chimpanzé au Camp Lindi. 1er février 1958 : Fritz Deinhardt, spécialiste en cultures de tissus au Children's Hospital de Philadelphie arrive à Stanleyville pour, officiellement, faire des recherches sur l'hépatite.
Du 24 février au 10 avril 1958 : En l'espace de six semaines, 215 504 personnes sont vaccinées avec le vaccin « CHAT 10A11 » dans la vallée de la Ruzizi, frontière entre le Congo belge, le Rwanda et le Burundi.
Novembre 1958 : L'OMS désapprouve les campagnes de vaccinations de masse menées par Hilary Koprowski au Congo belge.
1959 : Dans le cadre de leurs recherches, Joseph Vandepitte et Arno Motulsky font le tour du Congo belge et collectent 2000 échantillons de sang humain. En 1985, le chercheur André Nahmias découvrira que l'un de ces échantillons est positif au VIH?
Juin 1960 : Indépendance du Congo belge. La situation politique entraîne la fermeture du Camp Lindi dans lequel il reste 50 chimpanzés. Au total, un million de personnes ont reçu le vaccin expérimental.

Science sans conscience ? Quelques propos extraits du film

« A mon avis, on aurait dû arrêter d'utiliser des reins de singes dans la production de virus dès 1960. Nous avons pourtant continué. Ce sont les industries pharmaceutiques qui prennent ces décisions? Ce qui me met vraiment hors de moi, c'est que nous avons la possibilité de fabriquer un vaccin anti-polio à base de protéines de synthèse, nous n'en faisons rien ! »

Dr Cecil Fox

« Il me semblait que les gens devaient se faire une idée par eux-mêmes, examiner sur pièces et prendre une décision. Ce sont les théories qui font progresser la science, elles font avancer les choses? »

Tom Curtis

« Hilary Koprowski est allé au Congo et il a pris des gens victimes de l'expansion coloniale. Il s'est servi d'eux. Je ne crois pas que quiconque, à l'époque, se soit soucié de l'aspect éthique de la question. »

Dr Cecil Fox

« Largement plus de 400 chimpanzés ont été amenés au camp de Lindi en moins de deux ans, entre 1956 et 1958. Aucun de ces chimpanzés n'a survécu. On peut se poser la question : pourquoi ont- ils été tués ? »

Edward Hooper

« C'est là l'hypothèse (la théorie du vaccin anti-polio) la plus haïe du monde médical. Il y a de grandes résistances à publier quoi que ce soit ainsi qu'à vérifier les pièces à convictions disponibles. »

Bill Hamilton

« A cet égard, la science n'est pas démocratique. En science, vous avez votre théorie et moi mon hypothèse. Si je peux détruire votre théorie, je le fais et votre théorie n'existe plus. »

Simon Wain Hobson

« L'impossibilité de découvrir la vérité, de mener un débat public et d'étudier ce qui est arrivé font que la science médicale continue, sans réelle mise en garde, d'aller au devant de désastres équivalents, sinon bien pires. »

Lettre de Bill Hamilton à la Royal Society

« C'est évident que le chimpanzé est intervenu dans la composition du vaccin anti-polio? C'était avant tout un but scientifique pour lequel on les employait. J'ai parlé assez comme ça? J'ai parlé trop, même? »

Pierre Doupagne

« On nous appelait, on y allait? C'était un vaccin important ! Personne n'avait le droit de refuser ? C'était une obligation très difficile, très dure ! »

Villageoise

« Si quelqu'un n'avait pas reçu le vaccin, il y avait les chefs, eux, savaient dans quelles maisons les trouver? Personne n'est allé en prison, mais c'était un ordre d'avoir le vaccin. »

Villageois

« Les tests du Congo belge sont l'exemple parfait que de telles expérimentations à grande échelle n'auraient jamais dû avoir lieu ».

Lettre de l'OMS suite aux vaccinations de la Ruzizi.